B.Tessier: « On devrait s’améliorer dans les années à venir »

3
606

Journal Ouest-France du 20 mars 2013
« On devrait s’améliorer dans les années à venir »

L’assemblée générale de janvier avait souligné les manques au niveau de la politique sportive de la ligue. Trois mois après, le président de la Ligue de Bretagne, Bertrand Tessier, fait le point.

 

OF :  le bilan sportif est-il à la hauteur de vos espérances ?

BT: Notre premier joueur est à la 161e place au niveau du classement national, et la première fille est 97e. Il est clair que c’est loin d’être satisfaisant. Chez les jeunes, aux championnats de France, deux ou trois passent le cut. Là aussi, il y a du travail.

Alors que dans les différentes ligues sportives, les licenciés de bon niveau sont en compétition presque chaque week-end, en golf, seulement neufs Grand Prix sont proposés. Est-ce suffisant ?

Je trouvais que c’était beaucoup par rapport au niveau que représentent ces Grands Prix. En ne disputant que les Grands Prix bretons, un joueur aura du mal à descendre en dessous de la centième place au classement national. Il reste la solution d’aller disputer les compétitions hors de la région ou d’améliorer celles qui ont lieu en Bretagne en incitant les compétiteurs de l’extérieur à venir. Il n’y aura cette année que deux Grands Prix WAGR (World Amateur Golf Ranking) comptant pour le classement mondial. Il en faudrait au moins trois l’an prochain.

Pourquoi ne pas créer des challenges départementaux pour les meilleurs index de l’Ouest. Avec des épreuves une fois par mois, par département,sur cinq mois de l’année ?

En 2014, pourquoi pas. Deux tours pour travailler le mental et ce, dans une même journée pour réduire les frais, c’est intéressant. Ces challenges seraient ouverts essentiellement aux joueurs du département mais les joueurs des autres départements pourraient participer. Les plus motivés pourraient ainsi en faire un maximum.

Des moyens importants sont mis en place, de l’école de golf à la Ligue, en passant par les associations sportives et les comités départementaux, et ce sans avoir de résultat. Que faire ?

Le compte n’y est pas, c’est sûr, mais je pense que ça devrait s’améliorer dans les années à venir. Précisons tout de même que le coût moyen de l’école de golf est en moyenne de 180 euros par an, ce qui est très abordable.

Le calendrier 2013 est identique à celui de 2012. Quand la « révolution du golf breton »doit-elle arriver ?

Il y a déjà du changement cette année avec les aides individualisées données aux meilleurs jeunes (une dizaine environ) et une aide aux déplacements extérieurs.

Beaucoup plus de compétitions par équipes sur le calendrier : n’est-ce pas paradoxalpour un sport individuel ?

Le golf par équipes fait partie des traditions. Cela renforce l’ambiance club mais le système est effectivement à revoir. Le grand public n’y comprend rien mais c’est un problème fédéral.

Quels sont vos souhaitspour 2013 ?

Que l’on « sorte » un à deux jeunes joueurs cette année, tout en gardant un oeil sur leurs études.

 

3 COMMENTAIRES

  1. « On ne récolte que ce que l’on sème… »
    La politique menée par la ligue et par les associations sportives est reflétée par les résultats de ces dernières saisons !!!
    Il est grand temps, Messieurs les dirigeants, de vous remettre en question.
    Redonnez les rennes aux personnes vraiment compétentes…

  2. Je suis encore tout retourné de la profondeur de la réflexion et du dynamisme qui transpire de cet interview….
    Cependant personne d’autre ne s’est présenté aux votes des militants , donc on est mal placé pour critiquer….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.