Grand Prix de St Laurent : 46 participants seulement…

9
488

A_Dayot (3)« Les organisateurs de St Laurent et moi même sommes un peu déçus compte tenu du peu de participants à ce grand prix, nous réfléchissons à l’éventualité de nous diriger l’an prochain vers un Grand Prix jeunes » nous a confié Serge Ludot le Président de l’Association sportive de St Laurent. 46 participants, c’est certes peu, mais quelques joueurs de bon niveau sont présents comme Christophe de Grancey de Fontainebleau, 37 joueur Français, vainqueur cette année du GP du Lys et 3e de la Coupe Mouchy et aussi Augustin Hole (Cherbourg) tout comme Nicolas Mecz d’Ozoir. Coté Breton il faudra suivre Tom Monnier (Rennes) , Jordan Thiou (Valqueven), Quentin Calvez (Valqueven). Olivier Lucas (Nantes Vigneux) et Thomas Andre Dayot (Brest Iroise) respectivement 2e et 4e l’an dernier auront également leur mot à dire.  Liste provisoire des inscrits.  (Photo: Thomas Andre Dayot – Brest Iroise)

9 COMMENTAIRES

  1. A l’échelon en dessous, il y avait, il y a quelques années, le « Breiz Ranking » qui, s’il n’avait pas de signification très rigoureuse, était cependant bien sympa, et finalement motivant pour le joueur moyen de grand Prix dont parle Erwan Le Bris ci-dessus !
    Mais l’arrivée d’une nouvelle équipe a la Ligue l’a supprimé : c’était l’oeuvre d’un précédent dirigeant qui n’était plus en odeur de sainteté !!!

  2. OK pour les joueurs en dessous de 4 d’index qui jouent vraiment la gagne et le mérite, mais quid des autres qui ,je pense, constituent le gros de la « troupe » ??

  3. Bravo Benjamin , l’unique analyse crédible concernant les GP bretons et leur faiblesses , vue sur ce site .

    les solutions sont simples , volontaristes et appliqués avec réussites par d’autres ligues ou clubs .

    d.beck

  4. Bonjour à tous,

    Le problème de fréquentation rencontré par certains Grands Prix est la conséquence du système ultra élitiste de la Fédération. Je m’explique :

    Autrefois (10 ans en arrière), il existait un « Mérite national » ou chaque grand prix disputé comptait réellement pour le classement final des joueurs.
    Un pourcentage de score en dessous de 75, et au dessus de 77 permettait de se voir attribuer des points, tous comme la moyenne de score, les places obtenues etc…j’ajoute que, hors mis pour le nombre de points attribués, tous les grands prix comptaient avec la même importance sur ces histoires de moyennes de score, de perf et de contre perf. Il était donc assez motivant de faire les grand-prix afin d’accéder au top 100 voir top 50 français.

    Aujourd’hui, un joueur qui gagne Baden, St laurent, Ploemeur etc… va marquer 10, 15 ou 20 points alors que pendant ce temps là, les futurs pros (et il y en a beaucoup en France) vont finir 35ème aux internationaux d’Espagne et marquer 100 points d’un coup !

    Du coup, en faisant une saison exceptionnelle en Bretagne, les meilleurs joueurs finiront 150 ième du ranking (waouh, génial !) ce qui ne permet même pas d’accéder aux tournois comme la Frayssineau Mouchy ou autres.

    Vous pouvez tourner le problème dans tous les sens pour harmoniser les calendriers (en fonction des autres ligues, des examens, des vacances etc…) le problème de fond ne sera pas levé pour autant. Il manque clairement un échelons dans leur politique pour satisfaire le noyau de joueurs susceptibles de participer à nos grands prix

    Amicalement,
    B LE DROGO

  5. jouer les deux est possible. Vendredi : simple au mid avec une équipe qui ne passe pas le cut du samedi. Samedi et dimanche : GP de St Laurent.
    2014 : Midam+GP+Foussier le même we, ce serait un beau challenge!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.